poèsie en liberté

poèsie en liberté

Regard sur une pièce

 

Un grand escalier de bois sépare le salon de la salle à manger de la maison de maître construite à l’angle de deux rues. Au premier étage, face à elle, un petit cabinet de toilette. A sa droite la chambre de ses parents. A sa gauche, l’ancienne chambre de son plus jeune frère, devenue bureau.

 

Encore quelques marches pour accéder au second étage. Un tableau de clown dessiné par son oncle, décédé, l’accueille sur le seuil, d’un regard sombre. Face à elle, baignée de soleil, la salle de bain rénovée et réaménagée depuis peu. A l’emplacement de la vieille baignoire une large fenêtre laisse apparaitre le jardin clos.

 

Puis, légèrement à gauche, la porte s’ouvre sur son ancienne chambre d'étudiante. Le papier peint est le même : de petites fleurs mauves incrustées sur un fond beige. C’est elle qui l’avait choisi, mais deux petits lits séparés ont remplacé son ancien matelas posé à même la moquette.

 

Son bureau d’écolière n’est plus là mais la petite commode aux trois larges tiroirs est toujours posée contre le rebord du mur. Les rayons de soleil traversant la pièce dévoilent de petits amas de poussière sur son dessus.

 

Dans le tiroir, bien rangés et soigneusement pliés, des draps aux couleurs acidulées attendent d’être utilisés. Nerveusement ses doigts fouillent les tas de tissus et son regard se fait inquisiteur. Mais le grand cahier à couverture cartonnée a disparu. A moins qu’il ne lui ait été rendu. Quoiqu’il en soit le cahier n’est plus là et son absence peu à peu se fait rassurante.

 

Ce serait-elle enfin libérée de lui ?

 

Libérée des phrases désordonnées qu’il contenait, des émotions fébriles qui y étaient camouflées. Libérée de toutes ces ratures, ces écritures jetées dans le vide. Tout ce temps perdu à meubler le vide de son enfance et la page blanche de lettres tracées au crayon noir. Ce temps-là n’est plus.

 

Tout doucement elle referme les tiroirs pour rejoindre le grand escalier en bois. La haute pendule d’angle indique seize heures. L’eau du thé doit être chaude et elle a préparé quelques meringues pour l’occasion …. Ces meringues que ces déjà vieux parents apprécient tant.



16/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres